Sur le 5ème marché mondial, l’offre française a enregistré une nouvelle hausse de ses expéditions vers la Chine en 2016 dans la continuité du rebond de 2015 selon les douanes françaises. Avec une progression de 8% en volume, ce sont les vins rouges (quasi-totalité de l’offre française de vins tranquilles exportés vers ce pays) qui en profitent (+10%), pendant que les blancs sont en repli de la même valeur (même source).

 

L’Italie, l’Espagne et surtout l’Australie auront vu dans le même temps leurs ventes à destination de la Chine augmenter, confirmant l’intérêt du marché chinois pour les vins importés en 2016 (+15% en volume en global selon GTA).

 

Du côté des effervescents, avec un intérêt des chinois croissant pour ces  produit depuis 2010, ce sont surtout les Proseccos et les Cavas qui auront tiré leur épingle du jeu en 2016, grignotant des parts de marchés aux effervescents français. Avec une hausse de 1,3% des expéditions vers le monde chinois (incluant Hong Kong et Taiwan), et le développement de la classe moyenne chinoise, les champagnes continuent néanmoins d’avoir un potentiel sur la zone.

 

Autre signe fort, la progression de l’import en bouteilles (proche de 20%) qui représente 77% des vins importés en Chine en 2016 (GTA/douanes chinoises).

Ceci est donc de bon augure pour les vins français, puisque la France expédie 98% de ses vins en bouteille.

Même si les vins français sont de plus en plus concurrencés par l’Australie (en plein développement) suivie par l’Espagne, l’Italie et le Chili, ils maintiennent leur position de leader en Chine avec 40% de part de marché en bouteille (GTA). Ils restent par ailleurs une référence forte surtout sur les segments de prix moyen situés entre 2,25 et 6,75€ la bouteille (soit deux tiers de l’offre française importée).

 

Parmi les vins français appréciés en Chine, on retrouve en premier lieu les IGP et VSIG (plus de la moitié de l’offre en volume), suivis des vins de Bordeaux (1er fournisseur d’AOP françaises, un tiers de l’offre), et enfin des vins du Languedoc Roussillon (7% de l’offre) dont la demande reste soutenue.

 

Dans les autres régions (pesant pour moins de 6% des volumes français expédiés), la demande en  vins du Rhône vers la Chine a augmenté de 29% quand la Bourgogne et la Loire restent quasi stables avec des variations respectivement de +1% et -1% sur les quatre dernières années.

 

Un marché chinois encore en croissance pour l’offre française en bouteille et en rouge pour des vins de cœur de gamme qui profitera en premier lieu à Bordeaux et au Languedoc-Roussillon mais aussi aux autres régions pour une offre en produits de niche qualitatifs.

 

Copyright, Wine Up 2017